Solidarité Népal

Les enfants des rues de Kathmandu

Le Népal ou République démocratique fédérale du Népal, est un pays de l'Himalaya enclavé, entre la République populaire de Chine (région autonome du Tibet) au Nord et par l'Inde au Sud, à l'Ouest et à l'Est.

 

En 1996, débute la "guerre du peuple" d'inspiration maoïste, une insurrection dont le but affiché est l'abolition de la monarchie qualifiée de corrompue et l'instauration d'un régime communiste qui s'exprimera à travers une "démocratie populaire".

Le 1 er juin 2001, le prince héritier Dipendra, abat 10 membres de la famille royale au cours d'un dîner. Parmi les victimes se trouvent notamment le roi Birendra. Son frère Gyanendra lui succède et tente un coup de force en 2005. Mais une grève générale en 2006 restaure le Parlement et aboutit à un accord de paix entre les maoïstes et le gouvernement. Une assemblée constituante est élue, proclamant l'abolition de la monarchie et son remplacement par une République démocratique fédérale le 28 mai 2008.

 

Aujourd'hui, le pays, plus stable politiquement, a entamé une reconstruction après ces années de guerilla maoïste.

 

Les enfants des rues de Katmandou

Le Népal comme la France a ratifié la Convention Internationale des Droits de l'Enfant en 1990. Mais de trop nombreuses violations de ces droits sont encore commises chaque jour dans le pays du Bouddha : mariages d'enfants, enfants en prison, abus sexuels, maltraitances physiques et morales. De plus, la crise économique et politique dans laquelle le Népal est embourbé, accentue l'irrespect de ces droits.

La misère économique entraîne des conséquences souvent irréversibles, face à des fléaux tels que les maladies graves, les accidents ou les catastrophes naturelles. Trop peu de structures peuvent répondre à de telles urgences. La pauvreté extrême pousse certains a des actes inacceptables : infanticides, trafics d'enfants, abandons, exploitations par le travail.

 

Nombreux sont les enfants victimes du conflit opposant maoïstes et gouvernement, depuis 1996 : enfants soldats, migration, destruction d'école, décès, orphelins. Beaucoup de ces enfants, fuyant ces violences, se retrouvent dans les rues de Kathmandu (500 chaque année selon le CWIN). Devenus ainsi encore plus vulnérables, ils sont confrontés à de nouveaux dangers : drogue, prostitution, insécurité, maladies, viols, criminalité.

 

Pour venir en aide à ces enfants, Balodaya Samiti Nepal a créé une maison d'accueil familiale pour enfants des rues de Kathmandu.

 

La maison d'enfants

 

La maison se situe à Kusunti, un quartier calme de la ville de Patan (à cinq kilomètres au sud de Kathmandu). Afin de préserver un accueil de type familial ancré dans la culture du pays, le foyer est géré par un couple népalais, déjà parents de deux enfants et le nombre d'enfants accueillis a été fixé à huit, âgés de cinq à dix-huit ans. Une travailleuse sociale complète l'équipe d'accueillant et apporte une aide précieuse à la prise en charge des enfants.

 

La maison comporte trois chambres (une pour les garçons, une pour les filles et une pour le couple d'accueillant), une cuisine assez grande pour y manger tous ensemble, une salle de bain, un balcon et une pièce annexe avec terrasse (salle polyvalente). La maison est entourée de rizières et d'espace, où les enfants improvisent des matchs de foot, de cricket et autres jeux.

 

La totalité des fonds de fonctionnement de la maison Balodaya est récoltée par Himalayas Voyages et son partenaire français Ekkö Voyage par un système de parrainage.

 

En 2014

 

Dans un premier temps, accompagné par un travailleur social Népalais, Shiva, responsable de la maison d’accueil Balodaya, depuis sa création, est allé à la rencontre des familles pour leurs expliquer le projet de retour en famille et à ainsi juger avec eux des possibilités de prise en charge des enfants.

Après quelques semaines d’étude, de réflexion et d’accompagnement, nous sommes arrivés à la conclusion que la plupart des enfants pouvaient retourner en toute quiétude auprès de leurs proches avec un simple soutien financier pour continuer à les scolariser.

Ainsi dès la mi-avril (nouvelle année civile et scolaire Népalaise) 5 des enfants sont rentrés en famille. Depuis, nous savons qu'ils ont repris une vie stable auprès de leurs familles à Kathmandu ou dans leurs villages d'origine.

Bouddha le plus âgé d’entre eux est resté proches de Shiva et de sa famille, occupant encore aujourd’hui une chambre de l’ancienne maison d’accueil afin de continuer son cursus scolaire (équivalent à la terminale de notre système scolaire).

 

Pramila, l’aînée de la maison est partie auprès de sa belle famille avec sa sœur Urmila et elle continue ses études supérieures de management avec brio. C’est pour nous tous la plus grande fierté et la plus belle réussite. Personne n’aurait pu imaginer ce dénouement il y a huit ans alors que Pramila errait dans les rues de Kathmandu et faisait vivre sa famille (sa mère depuis décédée et ses deux petites sœurs) en faisant de petits ménages ici ou là.

L’association continue donc à verser annuellement à Balodaya la totalité des donations perçues afin d’accompagner les enfants dans leurs scolarités. Shiva nous tiendra régulièrement informé des évolutions des enfants.

 

 

Himalayas Voyages, créateurs de voyages. Notre agence népalaise francophone conçoit et organise pour vous des voyages responsables et solidaires, à travers les milles et unes vallées de l'Himalaya, à la rencontre de ses habitants et de leurs cultures.